Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Stratégie d'épargne ou comment optimiser ses placements et mouvements financiers

La stratégie patrimoniale, sous son nom pompeux, n'est pas quelque chose de très complexe à construire. Elle nécessite avant tout de se poser les bonnes questions et d'avoir une vision claire et honnête de sa situation, de ce qui se fait sur le marché et bien évidement de ses aspirations. 

Contrairement à ce que vous pourrez lire partout, le fait d'épargner n'est pas quelque chose d'indolore. En effet, les tentations sont là pour vous faire puiser dans votre épargne et il est inutile de les nier. Pour réussir votre épargne, sans vous privé d'être raisonnable, l'acte d'épargner nécessite "juste" une rigueur et une compréhension de ce que nous faisons, ainsi que de l'objectif visé. C'est pour cette raison que je déconseille fortement les actions automatisées, notamment en ce qui concerne l'épargne car celle-ci n'est jamais aussi solide que lorsqu'elle est le fait d'un acte volontaire s'inscrivant dans la durée.

 

Préambule

Votre stratégie d'épargne ne collera pas à celle de votre voisin ou de votre meilleur ami. En effet, celle-ci dépend de trop de facteurs : âge, santé et celle de vos proches, revenus, situation matrimonial, projets à court / moyen / long terme, aversion au risque, ... Pire encore, votre stratégie devra être revue chaque année ou à tout autre changement structurant de votre vie (perte d'emploi, divorce, expatriation, ...).

Le plan à respecter pour préparer et concevoir votre stratégie d'épargne est relativement simple (son exécution un peu moins)

  1. Vous documenter : Ne pas confier cette stratégie à un professionnel qui, finalement, sera plutôt un commercial dont les intérêts divergeront des vôtres,
  2. Estimer ses besoins primaires en liquidité urgemment / rapidement mobilisables, 
  3. Estimer sa capacité d'épargne,
  4. Définir ses projets à court / moyen / long terme,
  5. Sélectionner les produits en ne tombant pas dans les pièges standards.

 

Epargne de précaution

Parlons de cash ! Dans un premier temps, vous devez définir, le niveau de liquidité que vous souhaitez pouvoir mobiliser rapidement. Cela ne doit pas représenter l'ensemble de votre épargne mais celle qui doit vous permettre d'affronter les petites surprises (ou opportunités) de la vie (d'où son nom : épargne de précaution). 

Pour déterminer ce montant, procédons par étape :

  • Combien d'€ au global pensez-vous avoir besoin pour faire face à ces fameux imprévus ? A cause de leurs faibles revenus, certains n'ont pas les moyens de faire ce calcul et vivent au jour le jour tandis que d'autres prévoient 1 an de revenu net pour cette épargne de précaution. Il est important de bien jauger cette somme car celle-ci aura le plus faible rendement de votre patrimoine.
    • De mon point de vue, 3 mois de salaire net du foyer constituent une bonne réserve ! A vous de juger pour vous et votre foyer.
  • Une fois cette somme déterminée, quelle est la part qui doit-être mobilisable de façon instantanée pour affronter un coût dur très urgent et celle pouvant-être mobilisée sous un délai de 5 jours. Si vous êtes craintif, vous mettrez l'essentiel de la somme décidée à l'étape précédente dans la case mobilisable instantanée ; ce qui sera une erreur. En effet, vous n'arriverez probablement à trouver d'exemple concret où vous avez / auriez eu besoin de cette somme de façon instantanée et imprévue. En effet, la plupart des dépenses exceptionnelles sont plannifiables ou ne nécessitent pas d'être disponibles instantanément (charges de copropriété exceptionnelles, voiture à remplacer, opération médicale, ...)
    • De mon point de vue, 1/2 mois de salaire net du foyer mobilisable instantanément et le reste mobilisable de façon rapide (inf. à 5 jours) est une bonne base de travail

Pourquoi dissocier les 2 ? Tout simplement, parce que les rendements ne seront pas les mêmes. Les liquidités mobilisables de façon instantanées seront mises dans un Livret A ou Livret de Développement Durable (rendement très bas en contrepartie d'une disponibilité immédiate) et les autres pourront être positionnées dans une Assurance Vie. Aujourd'hui, la plupart des Assurances Vie ouvertes chez des courtiers en ligne permettent de récupérer des fonds (rachats partiels) sous 3 à 4 jours ouvrés.

Il est aujourd'hui impensable de construire une stratégie patrimoniale sans utiliser les atouts (défiscalisation, diversité, transmission de patrimoine, ...) de ce produit miracle. En effet, il faut voir ce produit comme une boîte de rangement dans lequel, vous pouvez y ranger :

  • Des médicaments qui vous sauveront la vie (i.e. votre épargne mobilisable sous 5 jours) : les fonds en € (investis en dette d'états européens) avec un rendement souvent autour de 2,5% (CSG à déduire),
  • Des boites de conserve (i.e. votre épargne à moyen terme) en prévision de vos futurs besoins alimentaires : les SCPI avec des frais d'entrée importants mais amortis à horizon 3/4 ans avec un rendement autour de 4% plus une revalorisation de la part en fonction du marché immobilier,
  • Des bouteilles de vin (i.e. votre épargne de longue durée) qui s'apprécieront dans le temps (avec le risque que certaines bouteilles se transforment en vinasse) : actions et obligations françaises, européennes, asiatiques, voir produits encore plus spéculatifs.

Comme toute boîte de rangement, vous n'êtes pas obligé de la remplir en une seule fois mais de façon graduelle (versement ponctuel ou programmé) et vous pouvez également la vider totalement ou partiellement (rachat total ou partiel) voir mettre en place des algorithmes de protection si vous constatez certaines variations de votre épargne. En revanche, contrairement à toute boîte de rangement, vous pouvez la remplir autant que vous voulez sans aucune limite / plafond. 

Il est donc possible d'avoir un seul produit qui répond à plusieurs objectifs d'épargne distincts mais pour lequel l'avantage fiscal est porté par la date d'ouverture du produit et non pas la stratégie mise en place. Allez jeter un oeil à mon comparatif banque en ligne, vous y trouverez un focus sur les Assurances Vie ! Dans un premier temps, ouvrez une assurance vie en comparant les rendements des fonds en € sur les 3 dernières années (la régularité de ceux-ci est un bon indicateur pour l'avenir des rendements) ainsi que la diversité des fonds en €.

En synthèse : Ce n'est pas faire d'imprudence pour son foyer que d'avoir un minimum de fonds sur son livret A / livret de développement durable. En revanche, il est impératif que les fonds de précaution soient positionnés sur des produits non spéculatifs avec une date de débouclage rapide (i.e. des fonds en € dans une Assurance Vie).

 

Capacité d'épargne

Cette étape est utile pour se fixer des objectifs d'épargne et choisir des produits adaptés en fonction de vos projets. Pour la déterminer, vous avez 2 méthodes, soit vous passez par un agrégateur de compte (cf. Les agrégateurs de comptes : un outillage au service de votre patrimoine), soit vous prenez votre tableau préféré et suivez les étapes suivantes.

Prenez vos différents revenus (salaires, pensions, ...) et déduisez-y vos dépenses mensuelles. Faites l'exercice sur un semestre et ramenez-le au mois via une moyenne (en effet, certaines dépenses peuvent être récurrentes mais à une fréquence non mensuelle). Idéalement, prenez le temps de lister sur 6 mois, toutes vos dépenses mensuelles en les répartissant par catégorie :

  • Habitation (Taxes foncière & habitation, Loyer, Assurance Habitation, Charges trimestrielles),
  • Epargne (Crédit immobilier, virement ponctuel ou régulier vers vos comptes épargnes / placements),
  • Abonnements (salle de sport, mobile, internet, ...),
  • Assurances complémentaires (ass Auto, ass enfants, ...),
  • Nourriture et habillement (courses, dîners familiaux, achats du quotidien),
  • Extra (cinéma, dîners avec amis, théâtre, bars, jeux, ...),
  • Dettes (crédits à la conso).

Le montant ainsi trouvé (revenus - dépenses) constitue votre capacité d'épargne mensuelle moyenne. Pour votre confort, il sera donc primordial d'investir un montant mensuel inférieur à cette capacité d'épargne ; en effet, il n'est pas envisageable que vous vous serriez la ceinture pour construire votre patrimoine ! Si vous le faites, cela marchera pendant quelques mois et vous céderez (et là, gare aux impacts si vous êtes engagés sur un plan ambitieux comme un investissement immobilier)

Astuce : Gardez précieusement le tableau récapitulatif de vos dépenses ... Celui-ci vous sera d'une grande aide. (cf. l'article sur comment manager votre budget)

 

Vos projets

Pour simplifier, je vous conseille de faire un tableau à 6 colonnes comme ci-dessous et d'y remplir les impacts financiers que vous imaginez (évidement, des évènements peuvent-être imprévisibles aujourd'hui comme un divorce, une vente de maison pour cause de mutation, un gain au loto ... Mais on fera avec smile )

L'objectif de ce travail est de vous poser les bonnes questions sur le blocage de vos fonds d'épargne. En effet, suivant les investissements que vous ferez, ceux-ci pourraient être indisponibles pendant une durée plus ou moins longue. 

Inf 1 an Entre 2 et 10 ans Plus de 11 ans
Projet Prix Objet Prix Objet Prix
Divorce impact fort Voiture 25.000 € Changement de maison 800.000 €
Machine à laver 400 € Toiture à changer  5.000 € Retraite  Perte de 40% des revenus
Réfection salle de bain 1.500 € Envol de la fille aînée  Suppression avantage fiscal    

Astuce : Si vous êtes 2 adultes dans votre foyer, pensez à remplir ce tableau avec votre moitié. Vous n'avez surement qu'une vision partielle de vos projets.

 

Sélection des produits

Vous avez fait toutes les étapes ci-dessus et :

  • Votre épargne de précaution est au niveau psychologique que vous vous êtes convenus (ne faites pas de zèle sur ce point, c'est contre-productif),
  • Votre capacité d'épargne est positive (i.e. vos revenus sont supérieurs de façon récurrente à vos dépenses).

Alors, vous pouvez attaquer la réflexion sur le choix des produits ! Et là commence le travail de mise en place d'une stratégie. Pour vous aider, je vous livre quelques pistes de réflexion, avec, à chaque fois, un avantage pour cet investissement :

  • Vous vous sentez prêt à acheter votre propre appartement / maison car vous en avez marre de "jeter l'argent par les fenêtres" à cause de votre loyer ? Si vous pensez celà, c'est que vous croyez en l'immobilier et dans ce cas, poussez votre raisonnement un peu plus loin :
    • Avantage : Vous êtes propriétaire de votre chez-vous, ce qui procure un sentiment de sécurité
    • N'oubliez pas qu'un propriétaire paye des charges supérieures au locataire et des intérêts de crédit. Si votre crédit est égal à votre loyer, votre niveau de vie baissera car les charges augmenteront (Taxe Foncière, Charges de copropriété et Assurances habitation). Par ailleurs, il est admis (sauf variation brutale du marché) qu'il faut conserver son appartement 5 ans au minimum pour rentabiliser les "frais de notaire". Etes-vous sûr que votre environnement professionnel et personnel est suffisamment stable pour faire cette projection ? En cas de revente anticipée, vous y laisserez des plûmes !
    • L'immobilier locatif peut-être une solution plus adaptée à la construction de votre patrimoine pour plusieurs raisons :
      • Avantage : Vous êtes propriétaire d'actif tangible à votre nom
      • Les loyers touchés augmentent vos revenus et donc votre capacité d'emprunt. Vous pouvez donc engager un montant plus important quand vous achetez pour mettre en location que lorsqu'il s'agit d'un achat pour résidence principale. Ce qui est un réel atout en période de taux bas !
      • Les intérêts d'emprunt et la plupart des charges (copropriété, taxe foncière, travaux, garantie loyers impayés, ...) sont déductibles des impôts. Par ailleurs, il existe plusieurs régimes pour la location en fonction de votre situation.
      • N'investissez pas dans un bien dont le rendement brut est inférieur à 4% (loyer annuel / prix d'acquisition augmenté des frais de notaire). En effet, l'investissement en direct est moyennement risqué (impayés, augmentation de la fiscalité, risque de valorisation sur le bien en cas de crise, ...)
  • Vous croyez en l'immobilier mais vous souhaitez vous éviter tous les risques d'impayés. Investissez dans des Sociétés Civiles de Placement Immobiliers (SCPI). Ce sont des fonds de placements immobiliers très souvent sectorisés (géographiquement ou par type de biens) qui sont gérés par d'importantes compagnies.
    • Avantage : Le risque d'impayés est dilué dans les multiples participations de la société
    • 1er choix déterminant à faire : Le mode d'investissement 
      • En direct : Faites-le à crédit pour profiter de son effet de levier et de la déduction des intérêts de vos gains,
      • Via une Assurance Vie : Profitez de l'avantage fiscal sur les gains. Soyez vigilant, toutes les Assurances Vie n'offrent pas cette possibilité.
    • Une fois déterminé le mode d'investissement, comparez la récurrence des rendements entre les différentes SCPI et investissez dans une SCPI pour laquelle vous croyez ! Par exemple, si vous pensez que l'immobilier de bureau en Allemagne est solide, trouvez une SCPI majoritairement investi à cet endroit
    • Les rendements varient entre 4,5 et 6% brut et sont payés trimestriellement
    • Eloignez-vous des Organismes de Placement Collectifs Immobiliers. Seuls 60% de l'investissement est réalisé dans de l'immobilier en dur, le reste est positionné sur des liquidités (très peu rémunératrice mais garantissant une sortie relativement rapide puisqu'aucune vente d'actif est nécessaire pour la restitution de vos fonds) et des valeurs mobilières (actions, obligations .. donc corrélés à la bourse)
  • Vous pensez que la bourse est un bon moyen de construire votre patrimoine mais n'y connaissez rien. Ici, pas de recette miracle mais une bonne piste de réflexion.
    • Avantage : Potentiel de gain sans mise en danger de la situation financière (investissement sur vos fonds propres)
    • 1er choix déterminant à faire : Le mode d'investissement
      • Via un compte titre : Aucun avantage fiscal mais possibilité d'investir sur une palette de produits très étendue (certificats, obligations)
      • Via un Plan d'Epargne en Actions : Avantage fiscal au bout de 8 ans mais vous ne pouvez investir que dans des actions et les retraits de fonds sont plus compliqués que dans compte titre
      • Via une Assurance Vie : Avantage fiscal au bout de 8 ans mais vous n'investissez pas dans des actions en propre mais dans des fonds
      • Via un PERP : Avantage fiscal immédiat (déduction du revenu imposable) en contrepartie d'une fiscalisation de la rente et d'un blocage des fonds jusqu'à votre retraite
    • Une fois déterminé le mode d'investissement, choisissez votre courtier en ligne (n'oubliez pas la petite subtilité du transfert pour les Assurances Vie). 
    • Compte titre / PEA : Evitez la spéculation à court terme ; le marché est aux mains de robots, beaucoup plus performants que vous et moi ! Cherchez plutôt la performance sur le long terme en choisissant des thématiques qui vous parlent
      • Cherchez des sociétés (idéalement françaises du SBF120) dont le rendement (dividende) est régulièrement supérieur à 3% (n'oubliez pas qu'un livret A rémunère à 0,75% net). Regardez leurs parcours boursier sur les 5 dernières années et si celui-ci est ascendant, allez-y 
      • Visez les sociétés OPEables à court terme. La vie boursière est faite d'absorption et de fusion-acquisitions ; la plupart du temps, pour que cette opération soit acceptée par l'ensemble des actionnaires, des surprimes sont proposées aux actionnaires de la société-proie
      • ....
    • Assurance Vie / PERP : Même démarche que pour le compte titre ou PEA mais cette fois, en passant par des fonds de placement. 
  • Vous souhaitez investir de votre argent pour aider de jeunes entreprises à se lancer 
    • Avantage : Vous pouvez gagner très gros en cas d'investissement dans le futur "google" ou "facebook". Quand je fais ce type d'investissement, je le considère comme un acte militant en faveur du développement d'une société "cocorico".
    • Il est préférable d'investir au travers d'une société qui fera une 1ère étude du dossier entreprenarial. En effet, il y a un fort taux d'échec sur ces jeunes pousses (ce qui revient à dire que votre investissement est entièrement perdu, sans aucun recours) mais les perspectives de gain sont à la hauteur du risque de perte !
    • Ne pas perdre de vue que l'argent investit est bloqué pendant une durée variant entre 5 et 10 ans
    • Un avantage fiscal est parfois obtenu (sous certaines conditions) mais n'oubliez pas que les gains sont fiscalisés !
  • Vous craignez un effondrement du système financier et de la monnaie papier, investissez en direct dans les matières premières : or, argent, platine
    • Avantage : Vous serez propriétaire d'actif tangible
    • Vous pourrez faire vos achats en passant par des sites réputés comme investorargent.be ou acheter-or-argent.fr. Je vous déconseille fortement de faire vos investissements via Ebay (prix souvent plus elevés et risques sur la qualité du produit)
    • Vous aurez le choix entre plusieurs gammes de produits 
      • Les lingots (rarement intéressant en terme de prix car soumis à la TVA, contrairement aux pièces de monnaie)
      • Les pièces anciennes (Hercules, Napoleon, ...) : leur valeur dépend exclusivement du cours de l'argent / or et de leur quote-part dans ce métal (en effet, toutes ces pièces sont des alliages)
      • Les pièces d'investissement (Maple Leaf, Phillarmonique, US Eagle, ...) : leur valeur dépend exclusivement du cours de l'argent / or et sont légèrement surpayées par rapport à la côté de leur matériau de référence (frais de fonte, mise en circulation, distributeur, marge, ...). Elles sont composées à 99,9 % (voir 99,99% pour certaines) d'argent / d'or
      • Les pièces semi-numismatiques (lunar, séries spéciales, ...) : leur valeur dépend faiblement du cours de l'argent / de l'or mais surtout de leur rareté, finition et du succès de la série. Elles sont souvent aussi pures que les pièces d'investissement mais elles ont un design qui les rend plus attractives
    • Pensez bien au stockage de vos achats. Surtout si vous acheté des pièces semi-numismatiques en argent, le volume nécessaire au stockage de celles-ci pourra vite prendre de la place chez vous ou dans un coffre de banque !
  • Vous avez le projet d'acheter un bien immobilier seul ou à 2, mais à horizon 3/4 ans, courrez ouvrir une Assurance Vie :
    • Reportez-vous à l'article sur l'Assurance Vie pour bien en comprendre les avantages
    • Placez votre argent sur le fonds en €
    • En admettant que votre Assurance Vie n'est pas atteinte les 8 ans pour avoir la meilleure "situation fiscale", ce point ne vous portera pas préjudice ! En effet, la plupart des rendements des fonds en € sont plus de 3 fois supérieurs à ceux du Livret A. Même en déduisant le supplément d'impôt sur le revenu et de CSG, vous serez largement gagnant par rapport au rendement du fameux livret.

 

Les pièges à éviter

J'espère que les chapitres précédents vous auront donné une autre position que celle distillée par vos habituels conseillers et que ceux-ci vous permettront d'évaluer les pièges dans lesquels nous avons tendance à tomber :

  • L'avantage fiscal : Celui-ci ne doit pas être le moteur de votre investissement. Je ne dis pas que l'avantage fiscal n'est pas intéressant, si bien sûr ... Mais il doit être la cerise sur le gâteau et achever de vous convaincre sur la pertinence de votre investissement. Méfiez-vous de n'importe quel placement dans lequel l'avantage fiscal serait le seul point mis en avant.
  • N'investissez jamais dans un produit que vous ne comprenez pas ! Plus important encore, soyez certain de bien comprendre les contraintes de votre investissement. Ces contraintes doivent être maîtrisées afin que vous preniez votre décision en ayant pris la mesure de votre engagement.
  • Plus vous êtes jeune, plus vous avez le temps de profiter des cycles de croissance de l'économie :
    • Vous avez le plaisir d'accueillir un nouvel enfant dans votre foyer, au lieu de mettre l'argent offert par les grands parents sur un livret A pour qu'il en profite à sa majorité, ouvrez lui une Assurance Vie et mettez les fonds sur des actions européennes ! Sur 18 ans, les risques inhérents aux actions cotées seront lissés dans le temps et offriront probablement un rendement supérieur au livret A. 
    • Vous êtes un jeune actif et votre salaire vous permet de vivre aisément, ouvrez un PERP en y versant de façon régulière le minimum (la plupart du temps 100 € / mois). Plus vous vous y prenez tôt et plus votre capital (intérêts capitalisés) sera important. Par pitié, ne croyez pas que le PERP soit réservé aux actifs arrivant à 10 ans de leur retraite ! Si vous le croyez, aller voir en quoi le PERP : l'atout prévoyance des français !
      • Si vous placez 100 € / mois pendant 5 ans et avez un rendement de 1 % (très faible, car les fonds en € rapportent plus de 2%), vous aurez un capital de 6.150 €
      • Si vous placez la même somme aux mêmes conditions pendant 15 ans, vous aurez un capital de 19.410 €
      • Si vous placez la même somme aux mêmes conditions pendant 30 ans, vous aurez un capital de 41.960 € 
  • N'achetez jamais un bien locatif (appartement ou maison) avec des fonds propres ; en effet, vous créerez de la fiscalité (vos loyers seront imposés à votre taux d'IR marginal augmenté de la CSG). L'intérêt de l'immobilier est de pouvoir investir l'argent de la banque en profitant des défiscalisations pour créer son patrimoine. C'est d'ailleurs, le seul investissement que vous devriez faire à crédit.

 

0
0
0
s2smodern