Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Agrégateurs de compte - des outils au service de votre épargne

Dans l'air du multi-bancarisme (néologisme signifiant que de plus en plus d'usagers ont au moins 2 banques simultanément), de nouveaux outils ont vu le jour avec pour objectif de vous donner une vision globale de votre portefeuille d'épargne quantifiable. Ces nouveaux outils de gestion de patrimoine au nom anti-sexy, se prénommant "agrégateurs de compte", vous séduiront à coup sûr grâce à leur interface étudiée pour vous donner la vision globale, en temps réel, sur votre portefeuille d'actifs et de passifs.

 

Les loyaux services d'Excel

Dans l'ancien temps (qui date de quelques années seulement), pour avoir une idée de votre patrimoine global ou de vos dépenses, vous deviez utiliser votre tableur excel et faire la saisie de toutes vos données manuellement... Suivant la quantité de produit d'épargne que vous aviez et le rythme de vos dépenses de votre foyer, cette démarche pouvait s'apparenter à un chemin de croix, vite décourageant.

Outre la saisie des données régulières de vos informations, vous deviez penser à la bonne catégorisation de vos informations (et ce, dès le début, sous peine de devoir recommencer le travail) et à y adjoindre les bonnes formules de calcul afin de faire les calculs que vous jugiez pertinent.

Evidemment, le résultat était au rendez-vous après de nombreuses heures de travail mais avec une ergonomie qui pouvait laisser à désirer et surtout un document uniquement exploitable par vous (certains d'entre vous ont probablement eu l'envie d'expliquer le fonctionnement à leur conjoint et doivent encore se souvenir du résultat de leurs explications)

Oubliez ces galères et observez tous les nouveaux acteurs qui essayent d'attirer votre oeuil sur la praticité de leur service ...

gratuit ! Et nous verrons pourquoi ce service, si pratique, est gratuit chez tous les acteurs

 

Les agrégateurs, ces travailleurs de l'ombre

Aujourd'hui, il vous est possible d'y inscrire tous vos :

  • Comptes courants
  • Comptes et plans d'épargne (réglementés ou pas)
  • Comptes titres, PEA
  • Assurance Vie
  • FCPI, FIP
  • PEE, PERCO
  • PERP
  • ...

Certains outils prennent également en compte vos passifs :

  • Dépenses via carte bancaire à débit différé
  • Crédit immobiliers ou la consommation

 

Par ailleurs, à l'heure du smartphone, quasiment tous ces outils sont disponibles sous la forme d'un site web mais surtout d'une application smartphone / tablette, facilitant l'accessibilité à vos informations, aussi simplement qu'avec l'application de votre banque préférée.  

 

Des outils gratuits dans leur version standard

Il y a un vieux dicton qui dit "quand le service est gratuit, c'est vous le produit". Vous ne voyez pas bien comment vous pouvez être un produit ? C'est bien simple, regardez les résultats financiers suivant :

  • Google (Chiffres d'affaires 2015 : 74,5 Milliards de dollars (74.500.000.000,00 $) dont 23,4 Milliards de dollards (23.400.000,00 $))
  • Facebook (Chiffres d'affaires 2016 : 27,638 Milliards de dollars (27.638.000.000,00 $) dont 10,217 Milliards de dollars (10.217.000.000,00 $))

Alors même que l'utilisation de leur moteur de recherche ou réseau social est entièrement et invariablement gratuite. Pour autant, ce que vous savez (ou pas), c'est que tous les annonceurs paient le prix fort pour être visible sur ces sites incontournables. Et visiblement, même si à leur début, les investisseurs avaient du mal à voir comment ces futurs géants monétiseraient leur création, ils nous ont fait la leçon en nous démontrant que ce modèle économique fonctionne, et plus que bien !

Transposons le modèle économique de Google ou Facebook sur les outils qui nous intéressent, nous pouvons imaginer qu'avec ces données, à terme, ils seront capables de vous :

  • Proposer des arbitrages sur vos comptes titres, PEA, Assurance Vie
  • Proposer d'investir dans de nouveaux produits en rapport avec votre appétence pour le risque
  • Alerter en cas de surexposition sur un secteur 

Vous avez peur de donner accès à cette mine d'information à une personne que vous ne connaîtrez même pas ? N'ayez crainte, ce ne sera pas un conseiller qui aura accès à vos données mais plutôt un algorithme sophistiqué, spécifiquement développé pour répondre à vos enjeux (et probablement aux leurs également money-mouth). En effet, Tous ces "conseils" leur permettront de monétiser leur service en :

  • Vous vendant, tout simplement, l'accès à leurs trouvailles
  • Touchant une commission auprès de la société dont le produit sera mis en avant 

 

Seront-ils plus efficace que votre conseiller patrimoniale ? 

Afin que leurs conseils soient pertinents, ils leur manquent, pour l'instant, quelques données essentielles. Tout ceci serait résolu si ils avaient accès à votre déclaration fiscale. En effet, il pourrait voir vos différentes déductions (faites-vous de l'immobilier ? Si oui, sous quel régime par exemple), votre situation matrimoniale, votre age et celui de votre conjoint(e), ...

Bref, la mine d'information qu'est votre déclaration fiscale est leur sésame et j'imagine qu'ils réfléchissent au moyen de vous encourager à leur fournir ces informations hautement sensibles (même votre banque qui a pignon sur rue n'ose vous les demander que très rarement, par exemple, pour la mise en place d'un crédit immobilier).

 

Quels sont les acteurs ?

D'office, j'ai écarté ceux proposés directement par les banques (Société Générale, Boursorama, Fortuneo, ...). En effet, dans le cas où vous clôtureriez votre compte chez eux, vous perdrez l'accès à votre agrégateur et seriez bon pour recommencer l'initialisation chez un autre acteur avec ce que ça implique en temps perdu et en historisation des données. 

Tous ces outils ont globalement les mêmes fonctionnalités :

  • Suivi des dépenses avec catégorisation automatique (et personnalisable) de celles-ci
  • Suivi de l'évolution de votre épargne
  • Accès via application smartphone / tablette et site web
  • Paramétrage d'alerte possible (utile pour être informé de la réception de votre salaire ou d'un passage au négatif d'un compte bancaire)

Difficile de tous les lister mais en voici quelques-uns qui ont su montrer leur fiabilité

Service Nb banques gérées Adossé à  Fonctionnalités particulières
Bankin' 169 R.A.S.
  • Possibilité d'exporter les informations en vue d'un traitement par un logiciel tiers
  • Plusieurs banques européennes sont représentées
Gérer mes comptes 40 R.A.S.
  • Historisation de 6 mois des informations
La Fin Box 215  Swiss Life
  • Vision par banque ou par produit
  • Uniquement accessible par smartphone / tablette
  • Plusieurs banques européennes sont représentées
Linxo 66

Crédit Mutuel Crédit Agricole

  • Possibilité de dissocier les comptes professionnels, des comptes personnels
  • Solution implémentée en marque blanche chez Fortuneo, BforBank, Crédit Agricole, ...

Pour l'instant, tous ces acteurs sont "passifs" et ne permettent pas d'effectuer d'opérations. En d'autres termes, vous êtes obligés de passer par l'organisme détenteur du compte / produit pour effectuer le mouvement voulu. Les banques ne laisseront pas un acteur tiers s'immiscer dans la gestion des comptes de leurs clients pour plein de raisons (perte de pouvoir, risque de sécurité, ...) tant qu'elles n'y seront pas forcées par les pouvoirs publics.

 

En conclusion

Nous sommes en train d'assister à la naissance du conseiller bancaire 2.0 !

Pour l'instant, les agrégateurs ont toutes les caractéristiques d'un ami. Ils nous facilitent la vie en centralisant l'information et n'attendent, pour le moment, rien en échange (ni fidélité, ni publicité, ni argent, ....). Pour autant, nous sommes clairement en train d'assister à la mise en place de géant de l'informations financières, capables de prédire les produits les plus à mêmes de nous intéresser (est-ce réellement un mal si tout le monde est gagnant ?) mais également de fournir, à des "vendeurs de produits", des statistiques précises sur le patrimoine des français.

Espérons que cette nouvelle version du conseiller bancaire ne tombe pas dans les mêmes travers que la version précédente et garde toute son indépendance, gage de pertinence ... (cf. Conseiller bancaire 1.0)

0
0
0
s2smodern